Logo Salon SME
NOUVEAU
2 juin 2016
Salon virtuel
4, 5 et 6 octobre 2016
Palais des Congrès - PARIS
Twitter
#SalonSME
ContactsEspace presseExtranet exposantExposer
Partenaires
Officiels
APCE APCMA Partenaires
Médias
Management NRJ Global Viadeo
Le Salon SMEIntervenantsLoïc Féry


Loïc Féry

Loïc Féry

Fondateur de Chenavari Investment Managers et repreneur du FC Lorient

Intervenant au Salon SME 2015.

Conférence(s) de cet(te) intervenant(e) :

Biographie :

Chenavari Investment Managers est une société de gestion spécialisée sur les marchés de crédit, basée à Londres.
À 19 ans, Loïc remporte un concours entrepreneurial des Banques Populaires, associé avec un ingénieur polonais de 50 ans et un étudiant de Centrale. Il arrête sa scolarité pendant un an, pour lancer un réseau télématique en Europe de l’Est.
« L’entreprise que nous avons créée – ICE – s’est bien développée et j’ai eu la chance de négocier avec plusieurs ministres de ces pays qui venaient de découvrir l’économie de marché».
Devant terminer ses études, il ne pourra pas accompagner le développement d’ICE mais, à l’issue de sa scolarité, il part en coopération à Hong Kong à la Société Générale « pour être entrepreneur dans les nouveaux métiers du crédit ».
Loïc devient vite responsable de la nouvelle activité sur la région Asie-Pacifique : restructurations de banques en Indonésie, émissions obligataires aux Philippines, développement des activités en Chine. Toutefois, en mars 2000, il décide de quitter le monde bancaire pour créer Asiabooster, avec Nicolas Barré, camarade de promotion.
« Mon boss m’a dit “c’est couillu” ! Et il admirait le fait que je me jette à l’eau pour entreprendre ! »
L’objectif de Loïc et de Nicolas était d’incuber le développement asiatique de sociétés Internet matures : ils ont permis à plusieurs très grosses start-up européennes et américaines de lancer des joint-ventures.
Mais la bulle Internet éclate et mi-2001 Loïc ferme en douceur l’entreprise. « L’échec a été difficile à admettre, mais il m’a appris énormément. »
Loïc opère alors un « B to B – back to banking », à la tête d’une activité embryonnaire chez Calyon, la banque d’affaires du Crédit Agricole, toujours dans les métiers du crédit. Ses équipes grossissent – de 5 personnes en 2001 à 250 en 2007 – avec le développement de ses résultats (12 % de la banque fin 2006).
À 28 ans, il devient le plus jeune managing director de Calyon et, à 32 ans, intègre le cercle des dirigeants du Groupe Crédit Agricole, dont il sera de 15 ans le benjamin. Mais cette belle histoire se termine en septembre 2007, à la suite d’une perte opérationnelle à New York.
« J’ai vécu de plein fouet le cynisme des grandes organisations. » Du jour au lendemain, il devient le bouc émissaire, à qui on demande d’assumer les conséquences d’une situation dont il n’était pas responsable.
« J’aurais pu prendre du recul, profiter de la vie… mais j’avais toujours envie d’entreprendre… »
À 33 ans, fin 2007, en pleine tempête financière, Loic lance Chenavari Investment Managers. En six ans, les actifs sous gestion passent de 40 millions de dollars à 5,5 milliards et c’est aujourd’hui l’un des 100 plus gros hedge funds du monde.
Loïc a depuis piloté la reprise de plusieurs entreprises du secteur financier.
Dans un tout autre secteur, il a repris, en 2009, 100 % du Football Club de Lorient, alors en difficulté financière. En appliquant un modèle économique novateur dans le monde du sport (rémunération des joueurs liée aux performances), ce club de football professionnel s’est installé dans la première moitié de la Ligue 1 et, performance unique en Ligue 1, il n’a pas perdu d’argent pendant quatre saisons consécutives, entre 2009 et 2013.

 








  Demandez votre invitation gratuite          Envoyez une invitation au salon